Semaine Hérault

 

Samedi 23 mai 2015: Voyage vers « Saint Gervais sur mare »:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 24 mai: 1 ère étape:

Programme prévu 124 km, 23 cols et 1386m de

 

 dénivelé

On en a pour notre argent !

                                                                                               

Avant de faire un commentaire sur notre première journée de vélo (vraiment belle journée !) un petit retour sur notre long voyage d’hier. Un voyage sans histoire finalement sur autoroute. Nous avons eu toutefois  la bonne surprise au moment du repas du midi de retrouver nos amis nordistes sur la même aire de repos installés peu de temps avant nous pour le déjeuner. Nous avons pu terminer notre voyage ensemble et gérer au mieux les questions d’organisation. L’accueil au gîte a été sympa dans un cadre reposant et une installation correspondant bien à notre attente. Le terrain de boules à notre disposition a été « squatté » un grande partie de la soirée. L’empoignade a été sportive, acharnée  et passionnée….

Le menu du jour qui attendait nos boulistes… et les autres, a été consistant. Un peu plus de 130 km pour plus de 2000m de dénivelée et plus de 20 cols franchis, le tout avec une météo un peu fraîche, ensoleillée, et ventée. Pas mal pour une première journée. Il faut bien noter un début de matinée sous de mauvais auspices avec des GPS en petite forme  une chute sans gravité et pour clôturer le tout une crevaison, que dis-je une explosion d’une  chambre à air celle du vélo à Yannick. Des petites contestations (amicales) pour des approximations prétendues sur les infos du parcours se sont manifestées. Mais elles ont été  très vite dissipées autour de la bière de dégustation (bières du Nord évidemment) qui nous prépare avec bonheur à  un apéro festif. Avant de conclure ce premier compte rendu un état des troupes s’impose :

A demain pour le récit de nouvelles aventures

 

Lundi 25 mai: 2 ème étape:

Programme prévu 124 km, 26 cols et 1818m de dénivelé

Titis à la « dérive »

Chaque jour apporte son lot d’évènements. Le plus marquant de la journée a été l’incident dont a été victime « Titis » : dans une montée à fort pourcentage (plus de 10%) le dérailleur arrière s’est pris dans la roue. Bilan des courses : dérailleur cassé, patte de dérailleur faussée, chaine vrillée. Ça c’est pour le matériel et « Titis » avec beaucoup de tristesse a abandonné provisoirement la partie avec l’espoir de nous retrouver dès demain midi. La réparation de fortune effectuée et une chaîne raccourcie, nous avons pu finir tous ensemble la première partie du circuit de la journée moins quelques  25-30 Km.

En ce qui concerne la randonnée nous avons regretté le petit matin frais, venté avec un ciel bas nous faisant même craindre la pluie. Mais l’après-midi malgré le vent toujours présent et de face nous avons pleinement profité de la beauté des paysages du Languedoc de Saint Chinian à Olargue. Superbe région. Comme prévu, les difficultés se sont enchaînées à un bon rythme : 16 cols franchis, 1600m de dénivelé, 105 Km. Finalement c’est un peu moins que prévu mais il n’y a pas eu de plainte à ce sujet. Nous avons noté avec grand plaisir le regain de forme de Dominique et celle de Yannick. Comme quoi un coaching bien sentie ça peut servir quelquefois…Ce soir nous avons vu 2 hommes heureux à table et même dans les couloirs de notre gîte ou Dominique s’en est allé pousser la chansonnette « Belle qui tient captive ma vie dans tes yeux »…. Super. A noter aussi le moral au bas des chaussettes de Jean Mimi en début d’AM et une véritable résurrection en fin de parcours. Il ne  pédalait pas, il volait dans un vent contraire : éblouissant.

 

 

Pour la fin le « mot » du jour lorsque nous  sommes passés à proximité du village de « SANSAC » :

« C’est le village de France où la natalité est la plus faible » signé BD.

Et à demain pour de nouvelles aventures…

 

Mardi 26 mai: 3 ème étape:

Programme prévu 118 km, 19 cols et 2090m de dénivelé

C’est difficile mais super !

Une bien belle journée de vélo sans incident et malgré une matinée ventée à souhait, et de la pluie fine sur les hauteurs du col de Layrac premier vrai col de la journée. Mais commençons par le commencement : une ambiance chaleureuse avec nos hôtes qui se sont joints à nous pour la photo souvenir.

Le départ de notre circuit du jour a été bien tranquille avant d’aborder les pentes régulières du col de Layrac (9 Km de montée). Trois groupes se sont rapidement formés : devant les « belges » Christian et Guy accompagnés longtemps par Jean Mimi moins saignant qu’hier mais bien en jambes le matin. Un deuxième groupe composé d’Alain, Christian, Yannick, Dominique qui ont grimpé ce col à leur allure et un peu loin derrière le gruppetto : Jacky, Bruno et François. Une descente prudente nous permis d’accéder à des chemins  vicinaux et de traverser une bien belle région campagnarde. On se souviendra de ce troupeau de brebis  intéressées par notre passage et qui ont fait un spectacle amusant. A ce sujet notre compagnon agriculteur Yannick, trop fatigué sans doute, a été le seul à voir un bélier au milieu du troupeau confondant pie bien développé d’une brebis avec une paire de c… Après un ravitaillement bien préparé par Martine (Gite de Nébuzon), installé par Patrice et Claudine près du lac de Ceilhes nous avons retrouvé le soleil l’après-midi,  bien venu pour continuer à gravir les cols au programme. Bilan : 116 Km, 15 cols, 2400 mètres de dénivelé. Nous avons déjà 53 cols au compteur. C’est proche de l’objectif attendu.

Les petites histoires du jour :

La phrase du jour :

Dernière minute :

18h20 : Dominique demande à nos deux réparateurs hors pair de régler le dérailleur arrière, le 28 dents ne passant pas. Après une bonne demi-heure, un constat, « il y a un problème de câble » celui-ci n’a plus que 3 brins. La question «Qui a un câble ? », et la tout le monde se regarde… Christian en bon samaritain, va voir dans sa valise et sort un câble de dérailleur (des restes de conseils donnés à nos jeunes de l’école). Après 45mn où tout le monde amène son savoir, Guy réussi a passé le câble et nos mécaniciens réussissent enfin à finir les réglages. 20h20 tous à l’apéro.

 

 

Mercredi 27 mai: 4 ème étape:

Programme prévu 131 km, 5 cols et 1814m de dénivelé

Une étape de transition :

La quatrième étape nous réservait un joli programme : distance respectable, dénivelé type indigestion. Le besoin d’une respiration s’est faite sentir et d’un commun accord la décision a été prise de réduire le circuit à 85 Km et de prendre un peu de bon temps l’après-midi. Pour autant l’essentiel a été préservé à savoir : l’escalade des 5 cols prévus et le passage par le cirque de Navacelles, magnifique endroit. Sur le plan météo nous avons apprécié le retour d’un soleil généreux avec hélas un vent du nord toujours soutenu. Nous avons pris le temps de déambuler dans une région magnifique de beauté. Pour autant ces aspects bucoliques n’ont pas empêché quelques empoignades sportives. A ce jeu là notre capitaine de route a été le plus fort et pour faire simple je dirai qu’Alain est encore plus malin que Tintin. Voyons les faits : dans la montée du col du Vent le dernier de la journée, un groupe s’est constitué à l’avant. Les hommes forts du peloton avec notamment Alain Christian, Guy, Titis. A  l’approche du sommet Alain disposant d’un altimètre se lança dans un sprint à 100 mètres du sommet. Sprint irrésistible qui a laissé sur place les gros bras. Et puis le cirque de Navacelles, la beauté du site, la descente vertigineuse, la remontée laborieuse (enfin…ça dépend pour qui) ont été un temps fort de cette journée.  L’ambiance reste généreuse de convivialité surtout au moment de l’apéro et du repas du soir toujours aussi festif,

Question anecdote la journée a commencé par un morceau de bravoure de notre Jean Mimi national. Dans le petit matin frais, nous avons entendu un cri : ma cassette, ma cassette on m’a volé ma cassette. Mes sous ne sont plus dans la poche de mon vêtement Non de D… de nom de D…. Ma cassette ma pauvre cassette !!! Mes sous ou sont mes sous, pleurait notre ami Jean Mimi. Emoi au sein du peloton, gêne, inquiétude, interrogation, doute… Au bout de dix longues minutes de suspens Notre Jean Mimi, arrive tout sourire : Eh les gars j’ai retrouvé mes sous sagement posés dans une poche cachée de ma veste. Nom de D de nom de D..

A demain pour de nouvelles aventures…

 

 

Jeudi 28 mai: 5 ème étape:

Programme prévu 115 km, 18 cols et 2654m de dénivelé

 

Clap de fin pour nos amis du Nord.

La journée de cette cinquième étape a débuté par un transfert de Roqueredonde à Ganges peu plus long que prévu. Mais bon à 9h30 le top départ était donné pour un parcours exigeant avec en prévision plus de 2500 mètres de dénivelé et 120 Km au programme. Nous sommes partis confiants dans nos capacités et notre volonté. D’ailleurs les premiers Km et les premiers cols  Cap de Coste, Col de Cabanes , Triballe, Bès, Col de l’Asclier, et le Pas ont été franchis avec sérénité et détermination. Jacky pour la première fois depuis le début de la semaine a ressenti le besoin de souffler  et a accompagné Claudine et Patrice après le repas de midi. Une demi de journée de repos lui était nécessaire pour mieux rebondir lors de l’étape de demain. Bonne décision au vu de ce qui nous attendait l’AM.

Parlons vite et bien ce fut l’Abérésina. Après le col des Vieilles déjà d’un bon niveau, le col de Cap Cote suivi de la Lusette nous attendait et ce fut une autre chanson. Un air sur un rythme lent tellement lent que dans les virages ombragés, des pauses se sont succédées les unes aux autres. Puis la dernière solution qui restait, était de pousser le vélo sur des pentes de presque 20%. Tous pied à terre à l’exception des amis nordistes qui tant bien que mal  ont réussi à se hisser au sommet du col. Nous étions anéantis au point qu’une offre inhabituelle  de vélos à vendre a été mise sur le marché. Peu d’acheteurs à ce moment-là donc les prix on baissés brusquement. Quelques minutes plus tard chacun a repris ses esprits et les vélos n’étaient plus à vendre. Mais notre seul souhait était  désormais de rejoindre notre gîte à l’Espérou  en zappant hélas 22 Km et 5 cols. Il faut savoir raison gardée ! La passion oui la raison oui-oui.

Dernières  infos importantes sur cette étape nos amis nordistes après 5 jours de randonnée ont mis le clignotant. Cinq petits tours et puis s’en vont. . Demain obligations de représentation par rapport à son activité passée, ont conduit Christian (et Guy) à écourter, la randonnée languedocienne. Pourtant bien ils étaient bien avec nous même que Christian pour tirer une conclusion de cette semaine a simplement dit : «  ce n’est rien que du bonheur ! » On partage pleinement cette appréciation et merci pour leur participation amicale.

Côté anecdote :

 

Vendredi 29 mai: 6 ème étape:

Programme prévu 60 km, 6 cols et 1574m de dénivelé

Le Mont Aigoual comme objectif final.

 Mélange de joie et de tristesse ce matin : La dernière ligne droite se profile après cette magnifique semaine de vélo et d’amitié. La demi-étape qui nous attend est comme un tour d’honneur à accomplir. Le capricieux Mont Aigoual nous attend avec  son sommet de plus de 1500 mètres.

Mais commençons par le commencement. Juste avant le top départ, Bruno constate un mauvais fonctionnement de son frein arrière. Une bonne demi-heure est nécessaire à nos mécanos hors pair pour trouver une solution. La solution à la « Mike Gaiver » est  trouvée par Titis à l’aide d’un collier risland se révèle efficace. Notre peloton diminué de deux unités s’ébranle dans la fraicheur du matin et sous un soleil plein de promesse. Six Km plus loin, le premier col de la journée Faubel (1230 m) était franchi. Dans notre élan, nous nous lançons dans la descente pour constater un peu plus loin que nous n’avons pas suivi le bon sens du parcours. Qu’à cela ne tienne, Jacky nous aide à prendre la bonne décision : poursuivre sur notre lancée en faisant le parcours à l’envers. Entre les gorges du Trévezel, la vallée de la Dourbie, les panoramas au sommet des cols franchis (7 pour cette journée) nous profitons pleinement de ces dernières heures au cœur du Languedoc. Que de beauté ! Puis vint le Mont Aigoual posé là comme un point final  avec son superbe panorama ensoleillé. Accolades,  satisfaction d’avoir atteint l’objectif fixé, dernières photos… un peu de nostalgie et des souvenirs plein la tête.

 

 

Samedi 30 mai: Retour vers Brissac-Quincé:

Lever des corps dès 5h30, un peu rude après une soirée légèrement arrosée où les chanteurs ont pu montrer leur organe vocale et ainsi légèrement gêner les couches tôt. Comme annoncer la veille ; départ dès 7h00 pour une arrivée à Brissac à 16h00. 

A l’heure des remerciements tous les cyclos expriment leur reconnaissance à nos deux accompagnateurs, Claudine et Patrice. Tellement présents et tellement disponibles et efficaces ! Ils apportent une contribution déterminante à la réussite de notre randonnée. Mille merci à eux tous les deux. 

Milles merci également à Fanfounet pour son organisation sans faille qui nous ravie et nous donne envie de recommencer.

A l’année prochaine pour d’autres aventures.

Haut de page